Paris, vivre dans sa voiture

Bonjour, je vais tenter de décrire ce que je vis à Paris sur cette page. Elle sera remise à jour régulièrement. Entre galère et bonne pioche, cette aventure est pour le moins assez étrange comme cette ville.  D’ailleurs son fort potentiel, développée récemment par le maire Bertrand Delanoë manque quand même  de cohérence, d’espaces verts et transports moins chaotiques. Je n’imagine même pas cette ville sous les anciens maires de Paris. Le travail de transformation de cette ville est une formidable opportunité de création. Bien qu’ayant fait déjà un énorme travail, on espère que ce maire saura trouvé la personne idéale ou qu’il laissera peut être une idée , ou une motivation à continuer ce bouleversement que devrait connaître Paris ces prochaines décennies.
Je ne m’étalerai pas d’avantage, cette ville je vais essayer de la visiter de fond en comble, les parisiennes, ces persiennes françaises, les théâtres, les scientifiques, les médecins, les artisans et créateurs, les politiques, les associations, quelques personnages étranges, on n’évitera pas les clichés, et pourquoi pas des révélations  étonnantes, peut être y trouverais je un intérêt à y vivre…

Paris, 18 Juin 2012

Après un weekend éprouvant tant au niveau du sommeil que des rencontres, la timidité n’aide pas et on sent ce regard sur vous de quelqu’un qui n’est pas parisien? Passé cette impression, on découvre de nombreux lieux dans Paris et sa région, à visiter. Il faut toujours avoir une pièce, l’époque de l’argent roi est peu être bientôt révolu, pour l’instant cette arrivée me ruine et me vide de ce que je n’avais pas. Ce qui veux dire que je dois trouver un travail alimentaire pour continuer à écrire. J’ai envoyé des lettres de motivations et C.V., pour le logement je vais m’adresser à la mairie pour trouver une chambre, sinon je logerai dans un camion. C’est à la mode les logements dans les camions ici, il y en a dans toutes les rues avec des femmes célibataires à l’intérieur. Elles ont l’air chaleureuses, il faudra que je leur demande conseil pour savoir comment vivre sainement dans un camion dans une grande ville. Pour l’instant je n’ose les déranger, elles s’apprêtent et sont en pleine préparation quelconque.
Je n’ai toujours pas eu de réponse écrite d’une DRH de chaîne de télé. Elle n’a pas une très bonne réputation la direction de cette chaîne vu les informations glanées. Ils vendent de l’info comme on vend du fast-food, vite ingurgité, vide sortie, première fois que j’entends enfin quelqu’un qui parle vraiment de la réalité, sans détour.
Je commence à rencontrer du monde sur leur terrain de jeu, qui sera le mien aussi dans quelques temps je l’espère. J’ai besoin d’informations techniques sur certains points d’économie, d’industrie, de stratégie politique, je n’en écrirai pas plus. Paris peut être un vrai nid de vermine et elles ne sont pas toutes logées à la cave.
Pour ce qui est des découvertes je resterai vague, et si j’arrive à terme sur les carnets que j’écris je les publierai, on verra ce que cela vaut. Il y a tant à faire en si peu de temps, il faut rester concentrer. Pas à pas, gardons un peu de temps pour les tâches quotidiennes qui peuvent devenir chronophage si on ne fait pas attention.

1 juillet

Tout les parisiens semblent s’animer pour quitter leurs taudis et leur cage à lapin.
La police m’a amendé plusieurs fois et je ne peux pas payer. Je vis sans doute perdre la voiture. Je n’ai pas trouvé de travail. Personne n’ai intéressé par mes textes, je n’ai pas eu de propositions et il y a de plus en plus de sdf. Je vais retourner au qg du ps dans la semaine je n’ai pa encore l’accréditation et je n’ai pas fii les papiers mais il faut que j’aille voir comment cela fonctionne. Curiosité qui me sauve , curiosité qui me tue.
La drh de i-télé ne m’a toujours pas envoyé de lettre de refus ce qui me met dans l’embarras absolu pour un entretien avec un conseiller. Mon roman l’a____ aux ________ n’a pas avancé.  D’autres essais sont en cours. J’améliore ma mémoire et mes écrits, j’ai toujours cette envie de faire du journalisme de l’écriture comme de la politique. Ma vie est une aventure, celle d’un looser, c’est du moins ce que l’on pourrait penser en apparence. Je ne cherche qu’à voir la vie changer. Peut être que la manière et les codes n’y sont pas, surement. Qu’importe, si la défense sur les côtés est enfoncée alors chargeons!!  La correspondance que je voulais ne s’est pas faite. Du coup pas de matière, je peux toujours inventer mais cela est moins drôle et moins prenant. J’ai eu quelques problèmes avec du monde à cause de ce passage. C’était pourtant une belle idée que je continuerai à exploiter. Je vais quitter la voiture quelques temps et trouver un endroit ou dormir allonger et ou il n ‘y a pas de bruit. Les parisiens ne sont pas trop chiant dans la journée, ils sont inutiles, souvent. En fait ils vaquent à leur occupation. La nuit je ne l’ai pas pratiquée suffisamment. Je suis sans tune, pour pouvoir profiter il m’en faudrait bien plus. Ici tout est cher même les sandwichs deviennent hors de prix. Les fruits n’en parlons pas. La misère s’installe, ma situation sociale s’aggrave de jour en jour, mais bizarrement je ne m’inquiète pas. De toute manière ils m’ont tout pris. J’irai jusqu’au bout.
Toute ces personnes qui ont du se perdre dans cette ville aux milles facettes.
Quelques pièces de thèâtre me feront peut être rencontrer du monde. J’ai un doute. Il faut s’habituer à Paris et lorsque le soleil brille et la chaleur monte… La tête et les pensées vagabondent sur les plages , à la campagne. Et, sous les jupes des filles.
Je dois trouver un sujet, mais aujourd’hui, j’ai un truc en plus. Mon enregistreur audio, qui n’est pas un de ces gadgets pour piéger un mot ou une petite phrase assassine devrait m’aide encore plus à glaner des informations et des impressions. Je suis fatigué, j’aimerai bien discuté avec une belle femme, de ces belles femmes que j’ai toujours eu plus jeune et qui font cruellement défaut à mes moments de solitude, choisie, de plus en plus subi. Ah je me rappelle de cette brune aux yeux en amandes avec un corps de rêve et ses seins qui pointaient, un vraie plaisir de la caresser. Et cette blonde, elle aussi dans ses yeux bleus on pouvait y voir le plaisir qu’elle prenait  en ma compagnie. laissons là ces pensées, reprenons le chemin….ces yeux …ces seins…cette peau cette sensualité cette odeur…ces reins, faire attention  au trottoir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s